Cueillir et utiliser les plantes sauvages en tout sécurité

Cueillir des plantes dans la nature et les utiliser, en toute sécurité pour se nourrir et se soigner est une des activités les plus satisfaisantes qu’il soit ! Mais en connaissez vous les grandes « règles de l’art » ?

Se protéger soi-même…
  • Choisir un endroit non pollué

– Éviter le bord des routes (pollution) et des chemins qui peuvent être souillés par des déjections animales ou humaines… Et privilégier lorsque c’est possible des cueillettes à plus de 50cm du sol.

  • Bien identifier les plantes à cueillir :

C’est la difficulté principale mais c’est aussi une quête passionnante qui vous peut vous occuper toute une vie ! Certaines plantes sont faciles à identifier (coquelicot, romarin, plantain…), commencez par celles ci !
Pour les autres, observez les, remplissez votre « bibliothèque visuelle » d’images et de détails et au fur et à mesure de vos recherches et de vos Escapades, vous établirez de plus en plus de liens entre l’image de la plante, son nom et ses usages et vous expérimenterez !

Quelques notions de botanique sont toujours utiles ainsi que l’utilisation d’une flore (c’est un ouvrage sur les plantes d’une région), l’application Pl@nteNet peut être d’une grande aide mais ne suffit pas !!
Il convient toujours de vérifier l’identification de l’espèce grâce à des descriptions botaniques détaillées (Wikipedia/Wikiphyto et ouvrages de botanique : j’aime bien ceux de Maurice Reille). Si on est pas sûr de l’identification, on ne consomme pas !

Une fois la plante identifiée, il n’est pas toujours aisé d’en découvrir les usages que l’on peut en faire… Les ouvrages de François Couplan font référence pour les plantes comestibles et j’aime beaucoup le blog AltheaProvence pour la partie médicinale.

… Et protéger l’environnement !

Préserver le milieu naturel par une cueillette raisonnée et raisonnable est primordial !

– Vérifier sur geoportail.gouv.fr que l’on ne se situe pas sur un site ou toute cueillette est interdite (parc national, zone Natura 2000…)

– Vérifier sur le site de l’INPN que l’on se s’apprête pas à ramasser une espèce protégée sur notre territoire

– Ne prélever que la partie comestible.
Par exemple pour le thym : éviter de ramasser la partie ligneuse (le bois) !

– Ne prélever que ce que l’on est sûr d’utiliser : attention, la tentation est souvent grande d’avoir « les yeux plus grands que le ventre » ! Une simple poignée est souvent la bonne quantité à prélever pour un usage personnel !

– Cueillir au (grand) maximum 30% de plante dans un lieu donné, ou au maximum 30% de fleurs, feuilles, fruits, bourgeons… sur un plant.

 

Comment cueillir ?

– Éviter d’arracher la plante si ce n’est pas la racine que l’on souhaite utiliser (ce qui reste rare)

– Utiliser un couteau/ciseau/sécateur pour ne pas blesser les tissus végétaux

– Utiliser un panier ou un sac en tissu ou en papier, éviter le plastique…

Quand cueillir ?

– Cela dépend des espèces, de la partie que l’on ramasse, du lieu, de la température, de l’humidité…
Le printemps est souvent la période la plus favorable (beaucoup de plantes sont tendres tant qu’elles ne produisent pas encore de graines). L’été est souvent à éviter, notamment dans le sud.

– Préférer une cueillette le matin, particulièrement pour les plantes aromatiques qui produisent leurs « stock » de molécules aromatiques la nuit.

Comment utiliser ?

Il est important de « décontaminer » les plantes que l’on ramasse à moins de 50cm du sol afin de tuer les parasites qui pourraient avoir été déposés par des déjections animales (principalement les canidés dans le sud.

L’idéal étant la cuisson (à l’eau, à la vapeur…) : minimum 3 min à une température dépassant 60°C.

Pour consommer les plantes crues en minimisant les risques, il convient de les  laisser tremper  ¼ d’heure minimum dans un mélange de vinaigre blanc et d’eau (1/10 volumes), bien rincer et les essorer !
Elles peuvent se conserver quelques jours au frigo dans une boite hermétique avec un morceau d’essuie tout.

Enjoy ! Et racontez moi ! C’est toujours un plaisir d’échanger 😉

0 commentaires